nos numéros qui sommes nous nos articles les événements Bolly&Co Awards
BOLLY&CO
votre magazine sur l'univers du cinéma indien depuis 2010 !

The New Face : Rajkummar Rao

N
new face
rajkummar rao
the new face
article par asmae, bolly&co issue 8
Loin de lui l’idée de devenir le prochain Shahrukh Khan ! Rajkummar Rao est plutôt de la trempe de Naseeruddin Shah et Pankaj Kapur, acteur discret mais respecté. On ne parle pas de ses aventures dans les médias ni du budget pharaonique de ses projets. Rajkummar préfère miser sur son seul talent. A l’image de Nawazuddin Siddiqui et Huma Qureshi, l’acteur a su s’imposer comme l’un des jeunes acteurs les plus polyvalents de sa génération, enchaînant les films d’art et les blockbusters sans jamais tomber dans la facilité.

Chez Bolly & Co’, nous vous proposons de revenir sur le parcours de ce comédien en tous points atypique...
Après avoir été diplômé du prestigieux Institut du Film & de la Télévision de Pune en 2008, Rajkummar Rao court les castings à la recherche du rôle qui lancera sa carrière. Son physique quelconque, loin des standards actuels à base de muscles à gogo, lui ferme quelques portes.
« J’ai été recalé à certaines auditions pour les raisons les plus ridicules qui soient comme ‘vous n’avez pas le teint assez clair’ ou ‘vos sourcils ne correspondent pas au rôle’ ! » Pour autant, son passage à l’institut l’encourage à poursuivre sa voie : « J’ai commencé le théâtre à l’école, mais c’est seulement après être passé par l’Institut de Pune que je me suis décidé à devenir acteur, à tel point que je n’ai jamais songé à une carrière alternative. »

En 2010, il répond à une annonce du cinéaste Dibakar Banerjee et est sélectionné pour faire partie de la distribution de Love Sex Aur Dhokha, produit par Ekta Kapoor. L’œuvre reçoit un accueil critique dithyrambique, et permet surtout à Rajkummar de se faire remarquer.

« Je savais qu’en jouant dans ce film, les gens n’allaient pas scander mon nom dans les rues. Mais si j’y participais, vu qu’il s’agissait du film de Dibakar, des réalisateurs allaient le visionner et se rendre compte de mon potentiel. Heureusement pour moi ; Anurag Kashyap, Bejoy Nambiar et Reema Kagti font partie des cinéastes à l’avoir vu et à m’avoir remarqué. »
Un an plus tard, il est le héros de Ragini MMS, un film d’horreur filmé en caméra subjective à la manière de Paranormal Activity dans lequel il donne la réplique à Kainaz Motiwala. Dans ce rôle négatif, il excelle et prouve déjà que rien ne lui fait peur. La même année, Bejoy Nambiar le dirige pour Shaitan, dans lequel il incarne un inspecteur de police. S’il signe l’un des rôles principaux du film Gangs of Wasseypur, son personnage verra son importance nettement réduite dans le montage final. Pour autant, l’acteur s’est investi dans ce projet réalisé par Anurag Kashyap et a visité Wasseypur pour s’en imprégner et incarner son rôle avec justesse. Dans Chittagong, il prend les traits de Lokenath Bal, un militant pour l’indépendance de l’Inde qui a suivi le mouvement initié par l’activiste Surya Sen en 1930. Dans Talaash, il donne la réplique à Aamir Khan dans la peau d’un sous-officier. Malgré un temps de présence limité, il prouve qu’il n’a nullement besoin d’être mis en valeur par un scénario pour littéralement crever l’écran.
2013 sera l’année de la consécration pour l’acteur.
Il est d’abord l’une des vedettes du film Kai Po Che ! avec Amit Sadh et Sushant Singh Rajput. « D’une certaine manière, Kai Po Che ! a marqué un tournant dans ma carrière parce que j’étais sur les affiches du film. Et je pense qu’au sein de notre industrie, c’est très important de figurer sur les affiches. »
Kai Po Che ! donne surtout une plus large visibilité à Rajkummar, que l’on ne voit plus uniquement comme un acteur d’arrière-plan. Sa prestation dans le métrage lui vaudra d’ailleurs une nomination pour le Filmfare Award du Meilleur Second Rôle Masculin.

La même année, il bouleverse dans le drame Shahid, dans lequel il incarne Shahid Azmi, un avocat défenseur des droits des musulmans assassiné en 2010. L’acteur s’est grandement impliqué dans la préparation de ce rôle, soucieux de rendre justice au grand homme qu’était Shahid Azmi. « J’ai passé un temps considérable avec sa famille, particulièrement son frère. Il m’a aidé à comprendre pourquoi Shahid faisait ce qu’il faisait. » Il livre une performance colossale dans cette œuvre de Hansal Mehta et reçoit non seulement le prix du jury aux Filmfare Awards, mais surtout le National Award du Meilleur Acteur.

En 2014, il est d’abord à l’affiche de l’acclamé Queen, avec Kangana Ranaut. Il y incarne Vijay, le fiancé lâche de Rani qui, peu avant leurs épousailles, éconduit la jeune femme. En homme velléitaire et égocentré, il incarne à travers son personnage le machisme de la société indienne, qui implique que le sacrifice et le compromis soient le monopole de la femme. Dans un rôle plutôt ingrat, il s’en sort avec les honneurs et donne beaucoup d’humanité et de nuance à Vijay, pour mieux servir le cheminement de Rani. Il retrouve ensuite Hansal Mehta pour le drame CityLights.
Dans ce film, il campe un père de famille valeureux à la recherche d’une vie meilleure, quittant son Rajasthan natal pour Mumbai. Il fait de nouveau l’unanimité dans ce métrage fort et bouleversant.

En 2015, il figurait dans la comédie Dolly Ki Doli, pour laquelle il incarne l’une des cibles de la ‘serial mariée’ Sonam Kapoor. Dans un rôle déluré et très éloigné de son registre très sobre et réaliste, il se révèle comme étant l’élément le plus convaincant du casting dans un film relativement pauvre sur le plan scénaristique. Plus tard, il campait le mari de Vidya Balan dans le drame romantique Hamari Adhuri Kahani, avec également Emraan Hashmi. A propos de son rôle, il explique que son personnage Hari « représente cette partie de la société où les hommes pensent que les femmes sont leur propriété. Cela ne veut pas dire qu’ils soient incapables de les aimer, mais leur façon de le démontrer est très différente. »

Rajkummar Rao a cheminé en tant qu’acteur et a selon lui changé sa perception de la comédie. « Au départ, pour moi, être acteur signifiait casser la figure de 10 mecs tout en ayant la classe. Maintenant, c’est devenu pour moi un art méditatif ». Il est désormais indéniable que l’industrie hindi ne pourra plus se passer de cet interprète phénoménal, à la fois audacieux et humble dans ses choix.
Quelques secrets concernant Rajkummar Rao
De son vrai nom Rajkumar Yadav, il adopte le nom de scène ‘Rao’ dès 2014. Il a remporté une médaille d’or en Taekwondo. Si vous le croyez mauvais danseur, sachez qu’il a démarré sa carrière sur scène en tant que danseur. Il a touché un cachet de 16 000 roupies pour son premier film, Love Sex Aur Dhokha, soit l’équivalent de 225 euros. Il est en couple avec Anwita Paul alias Patralekha, sa partenaire dans le film CityLights.


retrouver plus d'infos
dans notre dernier numéro
avec aamir khan !
Bolly&Co - numéro 8
A tous nos chers lecteurs, découvrez la huitième édition du e-magazine Bolly&Co' avec en couverture Aamir Khan. Avec pas moins de 295 pages, plongez sans plus attendre dans l'univers du cinéma indien. En espérant que vous apprécierez ce numéro comme les précédents. Nous supposons qu'il est inutile de vous rappeler que toute reproduction même partielle sera considérée comme du plagiat. Merci de bien vouloir respecter notre travail. Merci à vous et bonne lecture !


lire en ligne télécharger numéro 9