Bolly&Co Magazine: Lumière sur : Manoj Bajpayee
nos numéros qui sommes nous nos articles les événements Bolly&Co Awards
BOLLY&CO
votre magazine sur l'univers du cinéma indien depuis 2010 !

Lumière sur : Manoj Bajpayee

L
lumière sur
manoj bajpayee
Article écrit par Asmae, photo du film Aligarh,
film d'inauguration de la 4ème édition du FFAST.
Alors que la prestigieuse National School of Drama l'a recalé par 4 fois, Manoj Bajpayee a su, au fil des années, s'imposer comme un visage incontournable du cinéma hindi. Il fait ses débuts à la télévision, dans la série Swaabhimaan, diffusée sur Doordarshan.

Après avoir tenu des rôles anecdotiques dans Bandit Queen & Dastak, c'est sa prestation dans Satya qui change la donne, en 1998. En effet, son rôle captivant en fait une véritable révélation, et lui vaut non seulement le Filmfare Award du Meilleur Acteur selon la critique, mais également le National Award du Meilleur Second Rôle Masculin.

Un an plus tard, c'est pour Shool qu'il est encensé. Il reçoit son second trophée de la critique aux Filmfare Awards en plus d'une nomination pour la récompense du Meilleur Acteur. C'est ainsi qu'il s'impose dans des œuvres populaires comme Fiza et Zubeidaa, toutes deux face à Karisma Kapoor. Sa performance dans Aks lui permet d'être nommé pour le prix du Meilleur Acteur Négatif. Dès lors, Manoj officie régulièrement dans des rôles d'antagonistes qui lui collent à la peau. En 2002, c'est pour Road qu'il est de nouveau pressenti pour le Filmfare Award du Meilleur Méchant.

En 2003, il joue dans Pinjar, pour lequel il reçoit une mention spéciale aux National Awards. Depuis, on a pu l'apprécier dans différents registres, du cinéma commercial à des œuvres parallèles. Il jouait aussi bien dans le grandiose
Veer-Zaara que dans l'intimiste Swami, en hindi dans Bewafaa qu'en télougou dans Happy, en tête d'affiche dans Fareb qu'en second couteau dans Jail. En 2010, il est nommé pour le Filmfare Award du Second Rôle Masculin pour le film de Prakash Jha Raajneeti, avec lequel il collaborera par trois fois ensuite pour Aarakshan, Chakravyuh et Satyagraha.

Deux ans plus tard, il est exceptionnel dans le diptyque Gangs of Wasseypur, pour lequel il est pressenti pour le prix d'interprétation masculine. On l'a depuis retrouvé dans Special 26 en hindi et Anjaan en tamoul. En 2015, il était le méchant dans le masala Tevar.

En 2016, il est à l'affiche de deux drames : Traffic mais surtout Aligarh, film qui a participé à de nombreux festivals dans le monde entier. Les critiques sont unanimes et applaudissent le jeu impeccable de Manoj Bajpayee qui s'impose désormais comme une figure importante du cinéma indien indépendant à l'étranger. Le film ouvrira également le FFAST, festival sur le cinéma d'Asie en France.

Ce qu'il faut retenir de Manoj Bajpayee, c'est sa capacité à s'adapter. C'est un acteur caméléon ; a qui ni le style, ni le budget et encore moins la langue n'effraie. On espère en tout cas qu'il obtiendra LE rôle qui mettra toute l'Inde d'accord sur son potentiel incroyable, un film de l'acabit de Paan Singh Tomar ou de Haider qui le positionnerait en vedette, pour mieux mettre en exergue cet interprète d'exception.