Bolly&Co Magazine: FFAST : Hotel Salvation (critique)
nos numéros qui sommes nous nos articles les événements Bolly&Co Awards
BOLLY&CO
votre magazine sur l'univers du cinéma indien depuis 2010 !

FFAST : Hotel Salvation (critique)

F
FFAST
Hotel Salvation
mots par Elodie
Début 2017, j’avais pris connaissance d’une critique du film Mukti Bhawan (Hotel Salvation) qui parlait de l’incroyable complicité entre les acteurs Lalit Behl et Adil Hussain. A l’époque, je n’avais pas accordé plus d’attention au pitch du film, ni à la critique en elle-même. J’avais donc simplement ajouté le nom du métrage à ma liste de métrages à voir… Ce samedi 7 octobre, Hotel Salvation était projeté dans le cadre du FFAST et j’admets que moi aussi, j’ai été charmée.

Daya (Lalit Behl) fait un rêve à répétition qui le prend aux tripes à chaque fois. Il a l'impression que son heure est arrivée. Il décide alors d'aller à Bénarès pour séjourner dans un hôtel du salut. Son fils Rajiv (Adil Hussain) décidera de l'accompagner malgré leur relation compliquée.

Hotel Salvation est une vraie comédie familiale. Le récit nous est conté avec douceur et la caméra fait justice à la magnifique ville sainte de Bénarès. Rien n’est exagéré, rien n’est surjoué. Nous suivons sans crainte ce vieil homme de 77 ans prêt à mourir, sans jamais tomber complètement dans le drame. Au contraire, il y a beaucoup de moments drôles et attachants. C’est d’ailleurs l’une des choses que j’ai le plus apprécié : cette capacité à nous parler de la mort avec finesse tout en nous ouvrant les yeux sur le fait que rien ne nous empêche de savourer la vie même lorsque la fin est proche.

L’histoire est pleine d’espoir et alors qu’on nous conte le salut d’un vieil homme, on perçoit dans cette oeuvre un bel éloge de la vie. Une morale qui se construit petit à petit au fil des différentes conversations des protagonistes, notamment celle de Daya avec l’adorable Vimla (Navnindra Behl) qui est dans cet hôtel depuis 18 ans.

Ce qui est aussi très intéressant dans le métrage, c’est la relation de Rajiv et de son père. Les jours qu’ils vont passer ensemble dans cet hôtel assez particulier vont les rapprocher et détruire le mur qui les séparaient depuis des années. Mais en plus de cela, il rapproche aussi Rajiv de sa fille, l’adorable Sunita (Palomi Ghosh) qui était d’ailleurs très proche de son grand-père. Au fur et à mesure, les coeurs s’ouvrent et les rêves s’envolent. Entre la poésie de Rajiv et l’indépendance de Sunita, tout se met en place grâce au grand-père, véritable force de cette famille. Adil Hussain a reçu le Prix spécial du jury / Mention spéciale lors des National Film Awards pour ce métrage. Ses émotions transcendent l’écran pour nous atteindre en plein coeur et il n’est pas le seul. Le casting entier est impeccable et ajoute ce qu’il faut d'honnêteté pour que le spectateur croit en cette histoire sans jamais en douter.

Hotel Salvation est un film à voir tant il est prenant. Notre regard se transforme durant le visionnage, nous rappelant à quel point le cinéma peut avoir un impact sur nous-même. Un bijou à ne pas manquer, sans doute l’un des plus beaux films de cette année.