nos numéros qui sommes nous nos articles les événements Bolly&Co Awards Autres
BOLLY&CO
votre magazine sur l'univers du cinéma indien depuis 2010 !

B&C 7 : Critique d'Aashiqui 2

C
CRITIQUE
Aashiqui 2
mots par Asmae Benmansour, numéro 7, 2013
En 1990, le film Aashiqui réalisé par Mahesh Bhatt faisait un tabac au box-office et permettait surtout à sa musique, composée par Nadeem-Shravan, de rentrer dans la légende. Devenu inadaptable au même titre qu’un Hum Aapke Hain Koun ou qu’un Dilwale Dulhania Le Jayenge, il s’est inscrit parmi les romances musicales les plus populaires du cinéma hindi, avec des œuvres comme Abhimaan et Dil To Pagal Hai. Ses acteurs principaux Rahul Roy et Anu Aggarwal sont pourtant tombés dans l’oubli, restant à jamais les héros du seul projet qui leur a réussi. Aashiqui fait donc office de classique intouchable, de ‘musical’ intemporel à la qualité inégalable. Pas de quoi tenter un producteur d’en financer le remake...

Et pourtant, la bannière Vishesh Films qui avait produit l’original lance en 2011 Aashiqui 2, une nouvelle version du long-métrage. Désireux de lancer de nouveaux visages pour ce projet d’envergure, les producteurs organisent un grand casting national pour trouver les deux débutants qui seront les héros de Aashiqui 2. Des personnalités comme Puja Ruparel (la célèbre petite sœur de Kajol dans Dilwale Dulhanie Le Jayenge) et Karan Wahi (star de la télévision depuis ses séries Remix et Dill Mill Gayye) ont auditionné, sans succès.

La boite de production n’étant pas satisfaite de ses trouvailles, elle caste finalement deux comédiens assez connus sans être des vedettes indéniables : Aditya Roy Kapur (frère de Siddharth Roy Kapur et beau-frère de Vidya Balan) et Shraddha Kapoor (fille de Shakti Kapoor et nièce de Padmini Kolhapure). Leurs carrières respectives sont pourtant en berne, jalonnées de bides à répétition. Le parti pris de Vishesh Films est vivement critiqué par l’audience et les journalistes, qui pensent que Aditya et Shraddha ne sont engagés dans le projet uniquement du fait de leur exposition médiatique.

Pour assurer leurs arrières, Bhushan Kumar et Mukesh Bhatt engagent Mohit Suri pour diriger l’œuvre, après les désistements de Madhur Bhandarkar et Vishal Mahadkar.

En effet, le précédent film du cinéaste, Murder 2, a fait un tabac au box-office lors de sa sortie en 2011. Mais surtout, l’équipe propose une bande-son qui fera un carton.
La musique de Nadeem-Shravan dans la version de 1990 était devenue culte, le défi était donc de taille pour les initiateurs du remake, surtout qu’ils ont composé un album entièrement original, sans aucune reprise de la bande-son des 1990’s. L’équipe des trois compositeurs Mithoon, Jeet Ganguly et Ankit Tiwari constitue avec Aashiqui 2 une musique riche et envoûtante, devenue surtout un incontestable chartbuster.

Mais surtout, lors de sa sortie le 26 avril 2013, Aashiqui 2 devient l’un des plus gros plébiscites de l’année 2013 avec un budget pourtant limité, pour ensuite faire partie du club très privé des films qui ont atteints les ‘100 crores’ de recettes.

Salué par la critique et sollicité par le public, le remake de Aashiqui devient donc aussi apprécié que son œuvre de référence. Mais comment l’expliquer ? Analyse et critique d’un film réfléchi sans être élitiste...

L’histoire : Rahul Jaykar (Aditya Roy Kapur) est un musicien talentueux mais abîmé par son addiction à l’alcool. Un jour où il vagabondait en voiture sous l’emprise de quelques verres, il manque de percuter la jolie Aarohi Keshav Shirke (Shraddha Kapoor), qu’il retrouve juste après dans un bar où elle chante pour subsister. Séduit par le talent de la jeune femme, Rahul décide de la produire. Mais les choses se compliquent très vite entre l’artiste nerveux et la modeste chanteuse marathi...
lire la suite ?


lisez la critique en entier
dans notre 7ème numéro !

Page 146

lire en ligne télécharger