5 choses essentielles à savoir sur l’Âge d’Or du cinéma Indien.

vendredi 11 janvier 2019 / mots par Fatima-Zahra El Ahmar

L’Âge d’Or du cinéma indien est une époque qui inspire nostalgie et amour, même pour les personnes qui ne l'ont pas vécu. C’est une ère qui a offert aux amoureux du cinéma des histoires extraordinaires, des acteurs légendaires et des émotions inoubliables. L’Âge d’Or continue de le faire, même aujourd’hui, après toutes ces décennies. Voici, pour vous, les 5 choses qu’il faut retenir de cette époque...




#1

L’Âge d’Or a commencé en même temps
que l’Inde moderne a vu le jour.


L’Âge d’Or de Bollywood a débuté aux alentours de 1947. C’est pendant cette année que l’Inde devient enfin indépendante de l’Angleterre. Plusieurs réalisateurs et écrivains indiens étaient influencés par cette soif d’indépendance. Cette inspiration s’est manifestée à travers de leurs métrages des années 1950.



Neecha Nagar (1946)

#2

L’Âge d’Or a duré plus d’une décennie.

Si beaucoup semblent croire que cette ère n’a duré que pendant les années 50, ils ont tort. L’Âge d’Or du cinéma indien s’est étalé. Commençant à la fin des années 40, il a connu son summum durant les années 50 avec un nombre incalculable de classiques, avant de se terminer vers la fin des années 60.



Pyaasa (1957)

#3

L’Âge d’Or, c’est aussi l’ère des acteurs légendaires.

Les noms de Nargis, Meena Kumari, Madhubala ou encore Waheeda Rehman ont tous un point commun : ces actrices ont crevé les écrans durant l’Âge d’Or du cinéma indien. Et elles sont loin d’être les seules. Avec ces femmes brillantes, des acteurs tout aussi fantastiques ont forgé l’image du cinéma hindi : Raj Kapoor, surnommé le « greatest showman in indian cinema » (le plus grand homme de spectacle, en français), est à ce jour considéré comme l’un des meilleurs acteurs du monde. Dilip Kumar, pionnier des performances méthodiques. Guru Dutt, et son travail irréprochable. Dev Anand et son charisme implacable, ainsi que tellement d’autres…



Do Bigha Zamin (1953)

#4

L’Âge d’Or et le cinéma d'art et d'essai.

Les films comme Neecha Nagar (1946) de Chetan Anand ou Do Bigha Zamin (1953) de Bimal Roy sont la fondation du cinéma parallèle indien. Il est vrai que cette forme réaliste et sociale des films n’a explosé que bien plus tard, mais beaucoup considèrent que l’Âge d’Or a ouvert la porte aux réalisateurs des temps modernes.



Awara (1951)

#5

L’Âge d’Or et ses thèmes sociaux.

Le cinéma commercial, surtout le cinéma hindi, s’est souvent détaché de la réalité. Selon les analystes, jusqu’au milieu des années 1940, les films indiens se nichaient dans une imagination fantaisiste pour échapper à la réalité. Les métrages de l’Âge d’Or ont embrassé ces réalités. L’un des thèmes récurrents dans plusieurs films à succès de cette époque est la différence entre les classes sociales. Les challenges rencontrés par les pauvres, en comparaison avec les plus riches, est aussi un élément qui revenait souvent.


Beaucoup de choses peuvent être dites sur cette belle époque du cinéma, même si plusieurs d’entre nous n’y ont pas assisté. C’est aussi ça, la magie de l’Âge d’Or du cinéma indien : éternel, énigmatique et immortel.