BOLLY&CO
votre magazine sur l'univers du cinéma indien depuis 2010 !
Magazine Critiques Cinéma Télévision Musique Interviews FestivalsBolly&Co awards

Runanubandha - The HE without HIM (★★★☆☆)

Samedi 13 mars 2019 / mots par Asmae Benmansour

Depuis le début de la semaine, j'ai eu le privilège de découvrir des films magnifiques, étranges et uniques en leur genre à l'occasion du festival des Cinémas Indiens de Toulouse. Hier, c'était au tour de Runanubandha, film bengali réalisé par Amartya Bhattacharya auquel on doit également le court-métrage Darjeeling que j'ai découvert ce mercredi.



Shatarupa (Priyanka Ghosh Roy) cherche son père. Mais cette quête, c'est elle qui se découvre...

Comme dans son court-métrage, le cinéma s'amuse à briser le quatrième mur, à jouer avec la psyché du spectateur, à brouiller les pistes entre fiction et réalité.

L'héroïne du film est à la fois actrice et sujette, ce qui peut être assez déroutant à suivre, surtout quand on est habitués à des films à la fabrication très classique. Le film fait également écho au court-métrage précité dans son intention de nous faire découvrir un lieu très particulier. Ici, Calcutta est un personnage à part entière du métrage tant ses images, ses ruelles et ses bruits tiennent une vraie place à l'écran.

Avec ce film, Amartya semble également porter une regard fort sur l'influence des religieux sur les êtres humains. Ce tout qui contrôle leurs vies, leurs quotidiens et leurs destinées. Amartya (qui donne aussi sa voix aux rôles du père de Shatarupa et du réalisateur du film dans le film) saupoudre son récit de références aux religieux majeurs de l'Inde, de l'hindouisme à l'islam, en passant par le christianisme. Il semble surtout dénoncer la malléabilité de l'être humain face à leur foi, en opposition avec le caractère libre et vagabond du père de Shatarupa.
Si le casting fait son travail sans jamais sortir du cadre très réduit qui leur est donné par le réalisateur, Swastik Choudhury nous touche particulièrement. Aidé par un personnage honnête d'homme humble qui se rêve acteur, il crève l'écran et nous cueille dès sa première apparition par sa criante vulnérabilité. Face à lui, le jeu de Priyanka Ghosh Roy semble plus mécanique, ce qui est probablement lié à son personnage qui est instrumentalisé dans le film par le réalisateur fictif, celui qui dicte sa vie et ses actions à Shatarupa.

Runanubandha n'est pas un film facile. C'est dense, hyper référencé (comme si le cinéaste avait besoin de montrer qu'il avait des connaissances pour prouver sa légitimité, ce qui est dommage) et surtout assez brouillon. Le propos est intéressant, cela dit.

C'est typiquement le genre de films que je n'aurais pas regardé spontanément. Et même si je ne reverrai probablement pas Runanubandha, je reprendrai les propos de Sabiha Sumar, réalisatrice pakistanaise que nous avions eu le plaisir de rencontrer à Paris en février dernier : "Regardez autant de films que vous le pouvez, pour continuer à apprendre."


LA NOTE: 3/5
★★★☆☆


 


qui sommes-nous NOUS CONTACTER nos partenaires nos archives
Attention, ceci est un magazine à but non-lucratif ! Il n'existe aucune forme papier dans vos magasins de journaux ni aucun tarif d'abonnement payant. Le magazine est libre et gratuit sur le net. LES MEMBRES DE BOLLYANDCO NE SONT PAS DES PROFESSIONNELS. NOUS NOUS EXCUSONS PAR AVANCES DES FAUTES DE FRAPPE, DE GRAMMAIRE ET D'ORTHOGRAPHE. NOUS TENTONS DE FAIRE DE NOTRE MIEUX POUR QUE BOLLYANDCO VOUS SOIT AGRÉABLE AUTANT À VOIR QU'À LIRE ! MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION.
@ : bollyandcomagazine@gmail.com
2010 - 2019 © Bolly&Co