Bollywood : la romance toxique.

mots par Fatima Zahra El ahmar
Bolly&co, numéro 16 (2019)


Translate this page in English

La romance. L'amour, le vrai. Celui avec un grand A.

Les relations enchantées que les mots ne peuvent pas décrire. Pour plusieurs admirateurs du cinéma, surtout du cinéma indien, l’aspect romantique est primordial pour un film. Cette importance est telle que dans la majorité des œuvres, le héros se retrouve impliqué dans une histoire d’amour. Même quand cela n’est pas nécessaire à l’histoire ou au scénario. C’est une mode, qui peut se justifier par une explication très simple : l’amour, ça fait rêver. Et c’est le but ultime du cinéma. Peindre des tableaux somptueux qui font vibrer les cœurs et qui donnent au spectateur une occasion de s’échapper de son quotidien.

Cependant, cette tendance à sur-valoriser les relations affectives à caractère romantique a un effet néfaste qui est peu remarqué : celle de glorifier la romance toxique.

Badrinath Ki Dulhania Alia Bhatt et Varun Dhawan
© Badrinath Ki Dulhania


C’EST QUOI, L’AMOUR ?



L’amour décrit avec de belles chansons, des ballades romantiques et des décors à couper le souffle. L’esthétique soignée et la musique de fond qui rajoutent une couche émotionnelle.

Ce sont tous ces éléments qui enjolivent plus qu’il ne le faudrait ces relations que nous devrions pourtant éviter dans la vie. Je sais, je ne suis peut-être pas la mieux placée pour aborder le sujet, étant donné que la romance est probablement le genre cinématographique que j’affectionne le moins. Cependant, il ne faut pas nier le fait que certains films nécessitent d’être revus à bien des niveaux !

ET ICI, JE SÉPARE BIEN LA ROMANCE QUE JE TROUVE - À TITRE PERSONNEL - RIDICULE PAR SA NIAISERIE, ET LA ROMANCE QUI NE DEVRAIT MÊME PAS ÊTRE DÉCRITE EN TANT QUE TELLE POUR COMMENCER.

Dans la première catégorie, je place les histoires d’amour dans lesquelles deux meilleurs amis d’enfance se rendent compte plusieurs années plus tard qu’ils sont faits pour être ensemble. Les péripéties sur-dramatisées accentuent le caractère absurde du tout. Ou encore, les amoureux qui se séparent sous un prétexte fallacieux uniquement pour le ressort dramatique, avant de réaliser que rien n’est plus fort que leur amour. C’est joli à croire, c’est poétique. Et parfois, quand c’est finement réalisé, ça nous laisse même une belle leçon de morale sur la pureté du sentiment amoureux.

AIMER, C’EST... STALKER !



De l’autre côté du spectre, il y a des récits plus toxiques, avec des personnages néfastes que le public a tendance à valoriser. L’ampleur de cette adoration démesurée n’est pas perceptible sur le coup. Ce que le spectateur retient après sa séance, c’est à quel point l’acteur était hilarant, et l’actrice magnifique. L’alchimie qu’ils dégagent tous les deux est palpable, surtout durant la séquence musicale chantée par untel ou untel. Personne ne se pose les bonnes questions, tout le monde en rigole ou en pleure, avant de passer à autre chose.

LA RÉALITÉ, C’EST QU’IL EXISTE UN CLIVAGE ÉNORME ENTRE LES COMPORTEMENTS ILLUSTRÉS DANS LES MÉTRAGES ET LES RÈGLES APPLICABLES EN SOCIÉTÉ. ET PARFOIS, CETTE DIFFÉRENCE FAIT PEUR.

Ces réactions qu’une personne normale juge complètement flippante dans la vraie vie, deviennent une preuve d’amour dans les films. Le héros qui suit de loin la femme qu’il aime, au beau milieu de la nuit, c’est soudainement romantique ?

IMAGINEZ VOUS FAIRE SUIVRE À 2 HEURES DU MATIN JUSQU’À CHEZ VOUS PAR UN PARFAIT ÉTRANGER... EST-CE VRAIMENT ROMANTIQUE ?

C’est d’autant plus inquiétant quand ces agissements dépassent les films. Tous les spectateurs ne sont pas... lire la suite



lisez la suite
dans notre 14ème numéro !

page 10

lire en ligne télécharger