Qui est Jayalalithaa, la politicienne qui fascine le cinéma indien ?

mots par Asmae Benmansour

Translate this page in English

Avec l'annonce de plusieurs oeuvres portant à l'écran son histoire, penchons-nous sur la dame de fer indienne...

critique film bigil
Jayalalithaa naît en 1948 dans l'ancien état du Mysore, actuel Karnataka. Son père Jayaram meurt alors qu'elle n'a que deux ans. Excellente élève et ayant soif d'apprendre, elle doit pourtant renoncer à de grandes études sous la pression maternelle, qui attend d'elle qu'elle gagne rapidement sa vie en devenant actrice.

Elle débute ainsi sa carrière en 1961 dans le film en anglais Epistle, pour ensuite travailler en tamoul, en télougou, en malayalam et en kannada. Très rapidement, elle s'impose comme l'une des plus grandes vedettes du cinéma dravidien des années 1960 et 1970. En 1972, elle accomplit la prouesse de remporter deux South Filmfare Awards de la Meilleure Actrice la même année : en tamoul pour Pattikada Pattanama et en télougou pour Shri Krishna Satya. Depuis, seule la comédienne Samantha Ruth Prabhu a pu réitérer cet exploit. C'était en 2012, soit 40 ans plus tard.

En 1973, Jayalalithaa remporte son second South Filmfare Award de la Meilleure Actrice Tamoule pour le film Suryakanthi. Elle jouera dans nombre d’œuvres cultes comme Deiva Magan, Vairam,
Kandan Karunai et Nam Naadu. A la fin des années 1980, elle abandonne définitivement sa carrière cinématographique pour s'engager en politique, après avoir marqué les industries indiennes de son empreinte.

Car ce n'est pas sa carrière d'actrice qui lui vaudra d'être appelée Amma ("mère" en tamoul) ou Thalaivi ("leader" en tamoul). En 1982, elle rejoint le parti de l'AIADMK, fondé par l'un de ses collègues fréquents au cinéma, M.G. Ramachandran. Si elle nie avoir été enrôlée par l'acteur, il a tout de même joué un rôle majeur dans la suite de sa trajectoire politique. Jayalalithaa tient une place de plus en plus importante au sein du parti, mais refuse de se mettre en avant. Elle siège au Conseil des Etats de 1984 à 1989, notamment grâce à sa parfaite maîtrise de l'anglais.

En 1987, M.G. Ramachandran décède en plein mandat. Deux femmes s'opposent donc pour prendre sa suite : Janaki Ramachandran, veuve de M.G. Ramachandran, et pour lui faire face, Jayalalithaa. C'est la première qui est élue. Mais elle ne pourra exercer ses fonctions suite à l'intervention Rajiv Gandhi. >


En 1991, alors que l'Inde s'émeut suite à l'assassinat de Rajiv Gandhi, Jayalalithaa devient la première femme élue au poste de Premier Ministre de l'Etat du Tamil Nadu, forte de la coalition entre l'AIADMK et le parti du Congrès.

En 1995, elle adopte le jeune Sudhakaran, et ce alors qu'elle doit faire face à des accusations de corruption. A l'époque, son image est au plus bas, et Jayalalithaa ne fera pas forcément les bons choix. En effet, le mariage de Sudhakaran avec Satyavati, petite-fille de la légende Sivaji Ganesan, est diffusé en direct à la télévision indienne. Ces épousailles fastueuses et onéreuses scandalisent le Tamil Nadu, qui y voit justement la preuve du caractère corrompu de Jayalalithaa.

En 1996, elle renie Sudhakaran pour des raisons obscures. La rumeur voudrait qu'il lui ait volé plusieurs dizaines de millions de roupies, mais rien n'a été confirmé par l'intéressée. Dans le même temps, elle est condamnée à 5 ans de prison pour corruption et fraude fiscale. Ce qui ne l'empêche pas de briguer 6 nouveaux mandats en tant que première ministre du Tamil Nadu. Et malgré les affaires judiciaires, sa popularité va grandissante.
Mais en 2016, peu de temps après sa nouvelle réélection, Jayalalithaa tombe malade. Elle est hospitalisée pendant 75 jours. 75 jours durant lesquels la région retient son souffle, prie pour sa survie et se manifeste en masse devant l'hôpital où elle se trouve. Le peuple veut revoir sa 'Amma'. Jayalalithaa ne survivra pas et meurt en plein mandat, le 5 décembre 2016, des suites d'un arrêt cardiaque.

Jayalalithaa fascine le cinéma pour son parcours unique, entre plateaux de tournages et meetings politiques. Elle a autant divisé que fédéré, et s'est heurtée durant sa vie d'actrice comme dans sa vie de politicienne à de multiples accrocs. Pas étonnant qu'elle constitue une source d'inspiration aussi saisissante pour les producteurs de cinéma et de télévision.

Car en effet, dans les mois à venir, nous verrons naître plusieurs projets autour de cette grande dame. Ainsi, faisons un petit tour d'horizon pour en savoir davantage à leur sujet...


Thalaivi

Réalisé par A.L. Vijay, ce biopic officiel verra Kangana Ranaut dans le rôle de l'iconique femme politique. Tourné en hindi, en tamoul et en télougou, on en sait peu sur ce métrage, si ce n'est qu'il sortira en juin 2020. Arvind Swami incarnera M.G. Ramachandran, partenaire à l'écran régulier de Jayalalithaa et son prédécesseur au poste de premier ministre. Priyamani campera quant à elle Sasikala, amie de longue date et conseillère de la politicienne.





Queen

Dirigée par Gautham Menon et Prasath Murugesan, cette web-série ne cite pas directement Jayalalithaa mais retrace son parcours de manière assez évidente. On suit la jeune femme de son enfance (où elle est une élève studieuse) à sa carrière de comédienne, pour ensuite découvrir son ascension politique. Pour l'incarner aux différentes étapes de sa vie, on retrouvera Anikha (pour tenir ce rôle dans l'enfance) Anjana Jayaprakash (pour l'incarner dans ses jeunes années) puis l'excellente Ramya Krishnan (pour jouer une Jayalalithaa plus mûre). Indrajith Sukumaran tiendra de son côté le rôle de M.G. Ramachandran. Queen sortira le 14 décembre prochain sur la plateforme MX Player.





The Iron Lady

Si la date de sortie de ce film est encore inconnue, on sait que la réalisatrice A. Priyadhaarshini a longuement travaillé sur son script. Avec la formidable Nithya Menon dans le rôle principal, ce métrage a été tourné tout au long de cette année. A l'occasion du second anniversaire du décès de l'actrice et figure politique, la cinéaste avait dévoilé la première affiche du film.



Sasilalithaa

Le réalisateur Jagadishwar Reddy a annoncé en avril dernier travailler sur un métrage qui se centrera sur la relation entre Jayalalithaa et sa conseillère Sasikala, qui a tenu un rôle majeur dans ses décisions politiques comme dans sa vie. Si aucune autre annonce n'a été faite depuis, le cinéaste aurait engagé des discussions avec les actrices Kajol et Amala Paul dans l'espoir qu'elles y tiennent les deux rôles principaux.