La critique de : Looop Lapeta (★★★★★)

vendredi 4 février 2022
critique film looop lapeta tapsee pannu A l’annonce de la sortie de Looop Lapeta, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Inspiré du film allemand Run Lola Run réalisé par Tom Tykwer et sorti en 1998, l’histoire est tout ce qu’il y a de plus simple : pour sauver son petit-ami, une jeune femme doit trouver une somme d’argent assez importante et cela en un temps très limité… Malheureusement, j’ai souvent peur des remakes indiens qui, parfois, manquent d’originalité et de surprise.

Mais est-ce vraiment le cas de Looop Lapeta ?



Avec la bande-annonce, Looop Lapeta annonce la couleur : l’histoire se base sur une boucle temporelle en plus d’une course contre la montre. Un mélange particulièrement rythmé qui demande énormément de minutie. Et par chance (ou par talent), c’est ce qu’Aakash Bhatia parvient à nous délivrer.

Car franchement, Looop Lapeta est impeccable, marqué d’une caméra qui joue avec chaque espace, chaque angle, chaque visage. Un cocktail excentrique et maîtrisé qui apporte ce dont la narration a besoin pour ne jamais perdre en efficacité.

Je suis assez réticente aux films où la malchance frappe encore et encore, et dans lesquels le personnage principal se retrouve à enchaîner problème sur problème avant qu’un miracle ne délie le tout comme par magie. C’est un peu pour ça que je n’avais pas accroché à Lootcase, par Rajesh Krishnan. Ce genre de métrage peut très vite devenir illogique, et clairement tiré par les cheveux. Mon inquiétude s’est vite envolée dès les premières minutes du film, qui plantent le décor et l’ambiance générale. Chaque élément a son rôle à jouer et par peur de rater quelque chose, il faut être attentif. La moindre information peut changer la donne. Néanmoins, il y a peut-être certains éléments qui n’étaient pas forcément nécessaires sur le long terme, qui auraient pu réduire la masse qui nous est proposée car ça fait beaucoup à retenir !

Néanmoins, là où Looop Lapeta atteint son propos, c’est qu’il ne donne pas seulement à voir Savi (Taapsee Pannu) courir partout pour sauver son naïf et maladroit petit-ami, le criminel débutant Satya (Tahir Raj Bhasin). Il y a d’autres enjeux, comme celui d’apprendre de ses erreurs, d’apprendre à s’aimer ou encore de ne pas courir dans le vide, tout simplement. Tout est habilement amené lors des différents échanges, de l’apparition (et réapparition) des personnages secondaires et de leurs vies parallèles à celle du couple.

Evidemment, impossible de ne pas songer à d’autres réalisations dans le même genre, que ce soit le récent Maanaadu, qui traite également d’une boucle temporelle mais dans le genre du film d’action (et dont, contrairement à la majorité, j’ai trouvé la réalisation faible par rapport à l’histoire, ce qui est fort dommage !). Ou encore à Neram, pour sa manière de jouer avec le temps et les décisions de ses protagonistes. Mais aussi pour son humour, son audace et surtout, pour sa pertinence.

Tout au long de l’aventure, le regard de Savi évolue, et la solution finit par apparaître de manière assez évidente. Plus que portée par l’espoir de réussir à sauver Satya, Savi décide de faire un acte de foi avec elle-même, avec ceux qui l’entourent et surtout, avec Satya lui-même.

Pour moi, Looop Lapeta se situe dans le genre des très bons métrages, comme Andhadhun (2018) ou Ludo (2020). Il y a une part de mystère, presque mystique, qui donne à l’audience la possibilité d'interpréter les choses à sa manière. Un humour décalé, parfois poussé, qui n’empêche en rien la continuité de son récit.

Un très bon visionnage à ne pas manquer ! Le film est disponible sur Netflix.
LA NOTE: 4,5/5
★★★★★
mots par
Elodie Hamidovic
contacter
"A grandi avec le cinéma indien, mais ses parents viennent des pays de l'est. Cherchez l'erreur."