Les films de super-héros à Bollywood.

jeudi 8 septembre 2022 —
super-héros à bollywood — Cet article a été publié dans le numéro 17 de Bolly&Co, page 28 et mise à jour en août 2022

Tout le monde a vu au moins un film de super-héros dans sa vie. Ou a minima, il en a entendu parler. Avec toutes les productions Marvel et DC qui voient le jour aujourd’hui, qu’il s’agisse de productions nouvelles ou d’énièmes reboots des Superman et autres Batman, il est difficile de passer à côté du phénomène. C’est un genre cinématographique particulier, qui a fait ses preuves au fil des années. En attirant la curiosité de son public et en battant des records en termes de recettes, il est naturel que Bollywood s’intéresse aussi à ce type de productions...

Un film de super-héros, c’est quoi ?



Dans sa définition générale, un film de super-héros est essentiellement un film d’action. Son histoire tourne autour de la vie et/ou des accomplissements d’un individu aux pouvoirs hors-normes. Pas que, ce héros dédie son temps et utilise ses dits pouvoirs afin de protéger le commun des mortels. Il a toujours un ennemi juré - voire plusieurs - auquel il doit se confronter en conclusion de l’histoire. Les films indiens de super-héros sont peu nombreux, en comparaison avec d'autres industries cinématographiques. De fait, avant d’aborder les essais bollywoodiens proposés dans ce registre, laissez-moi vous parler de leurs homologues américains. Quand des métrages de super-héros sont réalisés à Hollywood, ils le sont souvent dans le cadre d’un projet de franchise. Cela peut grandement fonctionner comme faire un bide sans précédent. Il n’en demeure pas moins vrai qu’ils suivent généralement le même procédé. Les histoires sont le plus souvent basées sur des personnages de comics, pour séduire un plus large public : entre les adolescents admirateurs de ce type de récits et les adultes nostalgiques de l’époque où ils feuilletaient ces parutions écrites.

Le premier film sert toujours d'introduction. C'est ainsi que nous découvrons l'origine du héros et ses pouvoirs.

Le ton constitue un mélange d’humour et de drame, avec beaucoup d’action et d’effets spéciaux. L'enjeu qui en découle est très basique : la bataille entre le bien et le mal. Le héros qui en sort triomphant et un antagoniste pourri par sa soif d’argent, de pouvoir, ou parfois même par un sadisme pur. Au fil des années, certains projets se sont imposés de manière à donner un sens plus profond à ces grands méchants loups. Le public a pu s’attacher à eux, et a été amené à comprendre d’où leur mal pouvait venir. Les exemples les plus évidents sont le Thanos de Josh Brolin dans les deux derniers Avengers et le Joker du défunt Heath Ledger dans The Dark Knight. Cette vision approfondie du rôle du méchant a mis en lumière un autre genre : les films d’anti-héros. Au lieu de se focaliser sur le super-héros, c’est plutôt l’antagoniste qui est à l’affiche de l'œuvre. A titre d'exemple, on peut parler du Joker réalisé par Todd Phillips en 2019, qui a rencontré un énorme succès. Il faut également prendre en compte que le genre du film de "super-héros" ne se limite pas qu'à des longs métrages. Il inclut également des séries télévisées, des films d’animation et des séries pour enfants.

Et Bollywood, dans tout ça ?



Malheureusement, l’industrie cinématographique indienne est encore loin derrière. Ce n’est pas faute de moyens, car les sommes investies dans des films pareils sont souvent astronomiques. Cependant, j’aimerais bien savoir ce dans quoi ce budget part, au final... Des avancées ont été faites, il y a un net progrès depuis les années 1980, mais ils ont encore un sacré chemin à parcourir. Car mine de rien, des effets visuels de haut niveau et des images de synthèse réussies restent deux éléments essentiels pour un métrage de ce style.

Cela étant dit, il ne faut pas sous-estimer le récit en lui-même. Si Hollywood a une source directe avec des milliers d’histoires prêtes à être utilisées, ce n’est pas le cas en Inde. Même si les récits se ressemblent à un certain degré, il est plus simple de faire un film sur un personnage que les gens connaissent déjà. Aux Etats-Unis, il existe pas moins de 50 entreprises différentes de comics. En Inde, il y en a à peine une dizaine. De plus, Krrish 3 et Ra.One ont prouvé quelque chose : personne n’a le temps d’écrire un bon scénario, inventer un bon personnage original, et en faire un bon super-héros.

Pourtant, les producteurs indiens s'intéressent à ce genre depuis des décennies. superman mohammed hussain bollywood C’est en 1960 que le tout premier film indien de super-héros voit le jour. Il s’agit d’une adaptation de Superman réalisée par Mohammed Hussain, avec Paidi Jairaj dans le rôle principal. Il a été suivi par une seconde tentative, Return of the Superman de Manmohan Sabir, toujours avec Paidi dans le rôle de Superman. Si l'acteur a interprété le rôle à deux reprises, il faut noter que les deux métrages n'ont aucun lien l'un avec l'autre. Il faudra ensuite attendre 20 ans pour que les producteurs et réalisateurs indiens s’intéressent de nouveau à ce genre cinématographique. Dans les années 1980, moins d’une dizaine de métrages se sont inscrits dans ce registre. Deux nouvelles adaptations de Superman ont vu le jour, l’une en langue télougoue et l’autre en hindi. Cependant, la première oeuvre du genre à avoir fait un carton est Shiva Ka Insaaf.

Sorti en 1985 avec Jackie Shroff en tête d’affiche, ce film de Raj N. Sippy deviendra un hit instantané. Il constitue également le premier film indien en 3D ! Deux ans plus tard, c’est au tour d’Anil Kapoor de s’aventurer sur ce terrain avec Mr. India. Face à Sridevi et Amrish Puri, et sous la direction de Shekhar Kapur, le film comme la prestation de l’acteur sont devenus cultes. Mr. India est aujourd'hui considéré comme un grand classique de Bollywood.

En 1989, un autre film de super-héros débarque sur grand écran, même si son impact est bien plus relatif. Il s’agit de Toofan, avec Amitabh Bachchan dans un double rôle. L’acteur retente l’expérience du rôle de héros surpuissant dans Ajooba, réalisé par Shashi Kapoor en 1991. Si les dires de l’époque sont à croire, Amitabh a accepté de jouer le rôle gratuitement, faisant une faveur à son réalisateur et ami de longue date. Puis, s'en suit le néant...

Il faut attendre les années 2000 pour que cette catégorie de films soit dépoussiérée. krrish hrithik roshan bollywood En juin 2006 plus précisément. Deux métrages sortent à quelques jours d’écart : Alag d’Ashu Trikha avec Akshay Kapoor et Diya Mirza, et Krrish de Rakesh Roshan avec Hrithik Roshan, Priyanka Chopra et Naseeruddin Shah. Si le premier est passé complètement inaperçu, le second a su séduire suffisamment de monde pour être considéré comme un hit commercial. En ce qui me concerne, j’ai trouvé cette suite de Koi Mil Gaya assez peu concluante. Cependant, l’ensemble était différent et nouveau pour le public indien. Le suivant à tenter l'expérience sera le réalisateur Goldie Behl. Son film Drona, sorti en 2008, avec Abhishek Bachchan et Priyanka Chopra, résultera en un échec cuisant. Pendant ce temps, Shahrukh Khan prépare un projet de film qui lui est cher. Un métrage supposément sans précédent à Bollywood, avec le budget le plus élevé jusqu’alors. Ra.One sort en salles en 2011, récoltant des avis très mitigés. Les défenseurs clament le succès planétaire, alors que les plus sceptiques se contentent des chiffres qui indiquent l’inverse. 2011 a pourtant vu naître un autre film de ce genre : Zokkomon, avec le jeune Darsheel Safary. Destiné à un jeune public, il passe inaperçu au box-office malgré des critiques favorables.

Deux ans plus tard, après des scandales à ne plus en finir et un changement de casting perpétuel, c’est au tour de Krrish 3 de s’ajouter à la liste des films de superhéros. Suite directe de Krrish, il garde une partie de son casting (Hrithik Roshan et Priyanka Chopra), en ajoutant de nouvelles figures à la franchise. Sa recette est suffisamment motivante pour que Rakesh Roshan se lance dans d’autres séquelles de la saga. En effet, le réalisateur a annoncé que Krrish 4 et Krrish 5, seraient tournés simultanément. Krrish 4 (qui devait sortir le 25 mai 2020) devrait être dévoilé d'ici la fin de l'année 2022 ou en début d’année 2023. Un succès qui a motivé d'autres projets...

A Flying Jatt avec Tiger Shroff et Bhavesh Joshi Superhero avec Harshvardhan Kapoor, sortis en 2016 et 2018 respectivement, sont les derniers films de super-héros produits par Bollywood à ce jour. Bhavesh Joshi Superhero harshvardhan kapoor bollywood Il est indéniable que les créateurs de films indiens aient encore à faire leurs preuves dans ce registre. Après tout, les projets hollywoodiens de bonne qualité ont pris des années à se construire. Il reste donc de l’espoir pour Bollywood. Cependant, avec un film tous les deux ou trois ans, le chemin à traverser semble encore long. Il est également à noter que la plupart des projets annoncés qui ont suivi ces deux sorties sont toujours en stand-by. D'abord, le roman graphique Rakshak du réalisateur Sanjay Gupta, dont on n’a plus de nouvelle. Ensuite, la bande dessinée Nagraj, que Karan Johar et Ranveer Singh aimeraient bien adapter selon Manoj Gupta, fondateur de Raj Comics. La sortie du premier volet de la trilogie Brahmāstra d'Ayan Mukerji arrive enfin au cinéma après de nombreux retards. Ce métrage devait être le premier film de super-héros 100% indien, mais la longueur de sa production et la pandémie ont repoussé sa sortie jusqu'en septembre 2022. Ces projets avortés n'ont pourtant pas empêché de nombreux réalisateurs de tenter leur chance... En 2021, c'est à Mollywood (cinéma malayalam) qu'un film de super-héros bouscule les a priori du genre en Inde. Minnal Murali Tovino Thomas Mollywood Personne ne l'attendait et pourtant, Minnal Murali - Par le pouvoir de l’éclair a été une énorme surprise et un succès total (et pas qu'en Inde !). Réalisé par Basil Joseph et diffusé massivement sur la plateforme Netflix, ce film de super-héros remet les pendules à l'heure et prouve que le cinéma indien est capable d'originalité et de qualité. Le succès est tel que le réalisateur a annoncé une suite. De quoi relancer la vague du genre en Inde, mais surtout à Bollywood...

Tout d'abord, The Immortal Ashwatthama, annoncé en 2021, devrait être une trilogie futuriste réalisée par Aditya Dhar avec Vicky Kaushal en tête d'affiche. Mais le producteur Ronnie Screwvala a finalement décidé de ne pas financer le film qui est aujourd'hui en proie à une problématique majeure. Si Jio Studios a accepté de fournir les fonds nécessaires, il semblerait que Vicky Kaushal pourrait ne plus être le super-héros de l'œuvre (il parait qu'il n'est pas assez vendeur…). On ignore donc la décision que prendra Aditya Dhar... En attendant, le super-héros de la télévision indienne, Shaktimaan, aura le droit à son propre film ! L'annonce faite cette année par Sony Pictures Films India a fait le buzz et de nombreux fans espèrent que Hrithik Roshan interprètera le super-héros culte ! Ali Abbas Zafar est également prêt à contribuer à l'histoire avec un film en deux parties sur une super-héroïne : Super Soldier avec Katrina Kaif. Il s'agirait d'une Wonder Woman à la sauce indienne, en collaboration avec Netflix. Et ce n’est pas le seul projet du réalisateur qui a également parlé d'une nouvelle trilogie pour Mr India ! Une annonce qui n'a pas plu à Shekhar Kapur, le réalisateur du film original. En effet, cette trilogie serait un reboot et non une suite...

Pour finir, l'acteur Ajay Devgan travaille également sur son propre film de super-héros avec la boîte de production Yash Raj...

Une chose est sûre, Bollywood met les bouchées doubles pour investir le genre du super-héros aujourd'hui. Mais le résultat sera-t-il satisfaisant ? Les industries du sud ont réussi à surprendre de bien des façons ces dernières années, et ce même sans budget extravagant. Affaire à suivre, donc…

mots par
Fatima Zahra El-Ahmar
"Un thriller avec Vidya Balan et Farhan Akhtar ? Le rêve !"
la contacter rapidement ?

2010 - 2022 Bolly&Co