#16 - Le talent est une femme de 50 ans, les sorties de la semaine, encore une pépite en perspective par Netflix…

lundi 21 novembre 2022 —
podcast bollywood namaste le cinema bollyandco episode 16 Namaskar, Vanakkam, Namaskaram, Sat Sri Akal, Nomoshkar, Namaste le cinéma !

Asmae Benmansour-Ammour : Nous sommes le lundi 21 novembre 2022, et voici les actualités du grand et du petit écran indien, décryptées en exclusivité par Bolly&Co…

Elodie Hamidovic : Salut Asmae, comment vas-tu ?

Asmae Benmansour-Ammour : Salut Elodie ! Ça va très bien, je suis très heureuse de te retrouver ! Alors dis-moi, de quel sujet souhaites-tu nous parler aujourd’hui ?

En fin de semaine dernière, j’ai appris qu’un projet de film fort prometteur avait été annoncé avec un casting féminin qui fait rêver : The Crew, avec Kriti Sanon, Kareena Kapoor Khan et Tabu.

Asmae Benmansour-Ammour : Quoi ? Elles vont faire un film toutes ensemble ? Mais c’est ouf !

Elodie Hamidovic : C’est exactement ce que je me suis dite ! Tabu est d’ailleurs sur une excellente année avec deux gros films en salles : Bhool Bhulaiyaa 2 et Drishyam 2. Le premier est même devenu l’un des rares blockbusters de Bollywood, confirmant le statut d'icône de la comédienne. Car à désormais 51 ans, rien ne l’arrête.

Asmae Benmansour-Ammour : C’est clair que Tabu a fait un parcours sans faute, si bien qu’on l’avait mise à l’honneur dans le onzième numéro de notre magazine.

Elodie Hamidovic : Et depuis la rédaction de cette édition, elle a continué à livrer des performances de haute volée ! Je me suis alors faite la réflexion qu’elle était probablement l’une des rares actrices de sa génération à poursuivre une prolifique carrière, et à livrer des personnages plus surprenants les uns que les autres… Avant de me raviser.

Asmae Benmansour-Ammour : Te raviser ? Pourquoi ?

Elodie Hamidovic : Parce que si on y réfléchit bien, on sent depuis quelque temps un engouement retrouvé pour nos comédiennes d’antan. Les stars féminines des années 1990 et 2000 ont désormais entre 40 et 50 ans, un âge jusque-là fatal pour les actrices de cinéma. Puisque pendant longtemps, l’industrie estimait qu’une comédienne qui avait dépassé la trentaine n’était plus bankable, car elle ne pouvait plus incarner un objet de désir pour le public masculin…

Asmae Benmansour-Ammour : Mon Dieu, c’est tellement réducteur ! Et en plus, c’est carrément sexiste !

Elodie Hamidovic : T’as vu ? Et aussi révoltant que cela puisse paraître, ça a longtemps été la réalité des plus grandes actrices de Bollywood. Asmae Benmansour-Ammour : Et ça pendant que leurs partenaires masculins continuaient à jouer les jeunes premiers face à des filles qui ont la moitié de leur âge ! Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne !

Elodie Hamidovic : Je suis totalement d’accord ! Cela dit, les choses évoluent, puisqu’on voit que des comédiennes populaires comme Deepika Padukone, Vidya Balan ou encore Katrina Kaif, toutes âgées de plus de 35 ans, sont toujours aussi appréciées par le grand public.

Asmae Benmansour-Ammour : Et dans des rôles principaux !

Elodie Hamidovic : Absolument ! Mais surtout, je me rends compte que plusieurs comédiennes plus âgées sont revenues sur le devant de la scène. A l’image de Tabu, Madhuri Dixit a elle aussi livré une année 2022 riche en expériences nouvelles. D’abord avec la série The Fame Game, sortie sur Netflix. Puis avec le film dramatique Maja Ma, disponible sur Prime Video et dans lequel elle incarne une mère de famille homosexuelle.

Une de ses contemporaines, Kajol, sera très prochainement à l’affiche de Salaam Venky, duquel elle est l’héroïne face au jeune Vishal Jethwa. Aishwarya Rai Bachchan, toujours aussi belle et envoûtante à 49 ans, était quant à elle l’incarnation d’une intrigante princesse dans le Ponniyin Selvan de Mani Ratnam, sorti en septembre dernier. De son côté, Juhi Chawla était récemment l’une des têtes d’affiche de la série Prime Video Hush Hush, qui nous rappelle à quel point elle est formidable. Enfin, on attend Rani Mukerji dans Mrs Chatterjee Vs Norway, dans lequel elle campera une mère de famille dont les enfants lui ont été retirés par les services sociaux norvégiens. Bref, autant d’exemples qui montrent que le talent n’a pas vraiment d’âge…

Asmae Benmansour-Ammour : Ou au contraire, que le talent est une femme indienne de 50 ans ! Mais comment expliquer ce retour en force de tant d’actrices de la même génération ?

Elodie Hamidovic : Selon moi, elles ont déjà tout prouvé et n’ont de toute évidence plus peur de prendre des risques. On les retrouve donc pour la plupart dans des projets moins mainstream, ou dans des œuvres qui les mettent davantage à nu. Aussi, le cinéma hindi a évolué depuis l’époque où elles y ont officié, et ce changement leur permet probablement d’avoir accès à des scénarios plus satisfaisants et plus étayés que dans leur jeunesse. Le cinéma contemporain fait effectivement la part belle à ses personnages féminins, l’occasion idéale d’enfin montrer toute l’étendue de leur potentiel pour ces actrices de talent mais longuement sous-employées par les films de leur temps…

Asmae Benmansour-Ammour : C’est génial et franchement, ça donne envie de voir tous les métrages auxquels elles prendront part. En attendant, quels films peut-on voir en ce moment ?

Elodie Hamidovic : Le distributeur Desi Entertainment Paris fait un retour en force avec deux sorties cette semaine : Uunchai avec la légende Amitabh Bachchan depuis le 16 novembre et Drishyam 2 avec NOTRE légende Tabu depuis le 18 novembre.

Asmae Benmansour-Ammour : J’ai vu Uunchai il y a quelques jours, et sa critique sera très bientôt sur Bollyandco.fr

Elodie Hamidovic : Night ED Films propose quant à lui deux métrages tamouls : Yashoda avec la star dravidienne Samantha, en salles depuis le 16 novembre et Kalaga Thalaivan, thriller d’action au cinéma depuis le 18 novembre.

Asmae Benmansour-Ammour : On a l’embarras du choix !

Elodie Hamidovic : En SVOD, vous pouvez découvrir ou redécouvrir le blockbuster de Mani Ratnam Ponniyin Selvan I, disponible sur Prime Video depuis le 14 novembre. Sur ZEE5, la série de danse Five Six Seven Eight est présente sur la plateforme depuis le 18 novembre. Justement, Asmae, quel projet imminent a attiré ton attention ?

Asmae Benmansour-Ammour : Le métrage dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est Qala, réalisé par Anvita Dutt, à laquelle on doit l’excellent film de genre Bulbbul.

Elodie Hamidovic : Mais oui, ce film est tellement cool ! Il est sur Netflix, n’est-ce pas ?

Asmae Benmansour-Ammour : C’est ça ! Et pour son prochain métrage, elle retrouve la comédienne Tripti Dimri, lauréate du Bolly&Co Award de la Meilleure Actrice en 2020, justement pour sa prestation dans Bulbbul.

Elodie Hamidovic : Ok, donc deux artistes géniales se retrouvent… Comment te dire que j’ai hâte ?

Asmae Benmansour-Ammour : Je plussoie ! D’autant qu’en plus de s’annoncer comme un métrage envoûtant, mêlant éléments d’horreur, nostalgie et propos féministe, Qala lance la carrière d’un certain Babil Khan, fils du regretté Irrfan Khan.

Elodie Hamidovic : Ah mais oui ! Je me souviens avoir vu plusieurs photos de lui… C’est le portrait craché de son père !

Asmae Benmansour-Ammour : Oui, et autant dire que le minot est très attendu ! Enfin, histoire que vous compreniez la hype autour de ce projet : il est produit par nulle autre qu’Anushka Sharma et son frère Karnesh.

Elodie Hamidovic : Waouh, tu me vends du rêve, là !

Asmae Benmansour-Ammour : Je sais ! A travers la bande-annonce sortie cette semaine, on reconnaît le style onirique et folklorique d’Anvita, qui était déjà palpable dans Bulbbul. A noter que Qala sortira sur Netflix le 1er décembre prochain, et je pense ne pas être trop cavalière en disant qu’il s’agira sûrement d’un des films les plus intéressants de cette année 2022.

Du coup, je me pose la question suivante : l’avenir de Bollywood est-il encore au cinéma ? Car après le génial Monica O My Darling, sorti il y a quelques semaines sur Netflix et qui a été encensé par la presse, Qala est bien parti pour devenir l’un des métrages marquants en langue hindi de l’année. Il rejoindrait donc l’excellent Looop Laapeta, une autre sortie Netflix de début 2022. On peut également citer Jogi, Thar, Darlings, Jalsa et Gehrayiaan parmi les films hindi de l’an à avoir exploré des thématiques et des styles inédits. Et je te le donne en mille : ils ont tous été produits par les plateformes Netflix et Prime Video. Autant de propositions intéressantes, diverses et riches qui viennent de Bollywood mais qui n’ont jamais été projetées en salles. De fait, peut-on se demander si ces films auraient pu voir le jour au cinéma dans le contexte compliqué que l’on connaît ? Surtout, la liberté créative ne peut-elle être garantie qu’en streaming, sans l’ombre du bureau de censure qui pèse sur les auteurs et cinéastes ?

Elodie Hamidovic : Je pense que les films indiens destinés à la salle de cinéma tels qu’on les a connus n’ont plus vraiment de raison d’être. Comme tu le dis, le comité de censure bride les artistes et limite leur propos. Avec les plateformes, les metteurs en scène peuvent aller là où ils veulent. Il n’y a pas cette pression des recettes box-office, des hit et des flops. C’est ainsi qu’on voit des formats différents, des tentatives moins formatées de raconter des histoires.



Elodie Hamidovic : Et c’est tout pour aujourd’hui, merci de nous avoir écouté.

Asmae Benmansour-Ammour : C’est sur la mélodie de “Chupke Chupke” du film Mister Mummy que l’on se quitte. L’occasion pour moi de vous rappeler que cette comédie signe les retrouvailles à l’écran de l’adorable couple formé par Riteish Deshmukh et Genelia D’Souza, mariés à la ville depuis 2012.



Elodie Hamidovic : Si vous aimez Namaste, le cinéma, n'hésitez pas à nous soutenir en partageant massivement le podcast autour de vous.

Asmae Benmansour-Ammour : Et si vous avez des suggestions à nous faire ou des messages à nous transmettre, vous pouvez nous contacter par mail ou sur Bollyandco.fr

Elodie Hamidovic : Nous serons ravies de vous lire ! On se retrouve lundi prochain avec plus d’infos, bonne semaine à tous !

Asmae Benmansour-Ammour : Et surtout n’oubliez pas…

Namaste, le cinéma !

Crédits :



Hosts : Elodie Hamidovic & Asmae Benmansour-Ammour
Texte : Elodie Hamidovic & Asmae Benmansour-Ammour
Retranscription : Asmae Benmansour-Ammour
Design : Elodie Hamidovic
Montage et mixage son : Elodie Hamidovic

2010 - 2022 Bolly&Co