#15 - Sushmita Sen dans la peau d’une activiste transgenre, Vasan Bala livre un nouveau chef-d’oeuvre, le népotisme chez les cinéastes…

lundi 14 novembre 2022 —
podcast bollywood namaste le cinema bollyandco episode 14 Namaskar, Vanakkam, Namaskaram, Sat Sri Akal, Nomoshkar, Namaste le cinéma !

Asmae Benmansour-Ammour : Nous sommes le lundi 14 novembre 2022, et voici les actualités du grand et du petit écran indien, décryptées en exclusivité par Bolly&Co…

Salut Elodie !

Elodie Hamidovic : Salut Asmae ! Alors, de quel sujet d’actualité comptes-tu nous parler aujourd’hui ?

Asmae Benmansour-Ammour : Cette semaine, je suis tombée sur un article de la BBC traitant du fait que Sushmita Sen incarnera l’activiste transgenre Gauri Sawant dans un film à venir. A une époque où la représentation des minorités, et notamment de la communauté LGBTQIA+ dans les oeuvres culturelles est devenue une véritable préoccupation, je dois dire que sélectionner une actrice cisgenre pour porter à l’écran l’histoire d’une icône de la lutte pour les droits des personnes trans en Inde, c’est assez questionnant. Et là, je reste polie…

Elodie Hamidovic : Qu’est-ce que tu veux dire ?

Asmae Benmansour-Ammour : Eh bien, pour une fois qu’on écrit un rôle important pour une personne transgenre, pourquoi le céder à une actrice qui n’appartient pas à cette communauté ? Il faut avoir en tête que pendant longtemps, la communauté LGBTQIA+ a littéralement été invisibilisée dans le cinéma indien. Ceci étant dit, on assiste depuis quelques années à un changement progressif des mentalités puisque certains films grand public osent enfin parler de la cause homosexuelle avec une certaine bienveillance.

Elodie Hamidovic : Oui, on a vu que cette cause était le cœur de films comme Ek Ladki Ko Dekha Toh Aisa Laga, Shubh Mangal Zyaada Saavdhan et Badhaai Do.

Asmae Benmansour-Ammour : Effectivement ! Mais pour ce qui concerne la population trans, leur illustration à l’écran est encore très cliché à l’heure d’aujourd’hui. On les voit effectivement à travers certains métrages par le biais de la caste des hijra, qui représenterait entre 5 et 6 millions de personnes à travers l’Asie du Sud. Cependant, ils sont souvent tournés en ridicule, ce qui a le don de me mettre en pétard !

Elodie Hamidovic : Moi aussi ! Du coup, c’est plutôt positif de voir qu’on veut enfin raconter leur parcours de vie, tu ne crois pas ?

Asmae Benmansour-Ammour : C’est sûr ! Mais pour autant, je ne peux m’empêcher de penser qu’il est dommage de priver des acteurs et actrices transgenre de rôles qu’eux seuls sont réellement en mesure de comprendre. (article)

Elodie Hamidovic : Tu trouves donc qu’une actrice cisgenre qui tient un tel rôle, c’est problématique ?

Asmae Benmansour-Ammour : Je ne sais pas trop… On a eu beaucoup d’exemples récents de personnages transgenres intéressants et complexes. Mais ils étaient systématiquement campés par des personnes cis. Je pense notamment à Vaani Kapoor dans Chandigarh Kare Aashiqui, à Vijay Sethupathi dans Super Deluxe, à Vijay Raaz dans Gangubai Kathaiwadi ou encore au regretté Sanchari Vijay dans le film kannada Naanu Avanalla Avalu. (article)

Elodie Hamidovic : Ah oui, cette prestation lui avait d’ailleurs valu un National Award, c’est ça ?

Asmae Benmansour-Ammour : Exactement, de même pour Vijay Sethupathi ! Et pendant que des vedettes cis et hétérosexuelles reçoivent les acclamations de la presse pour leurs prestations “courageuses”, les acteurs et actrices transgenre restent sur le carreau… Et ça, ça me dérange.

Elodie Hamidovic : Je comprends… Tu veux dire qu’aucun membre de cette communauté n’a réussi à se faire un nom ?

Asmae Benmansour-Ammour : Alors si. C’est timide, mais ça commence à bouger. Par exemple, l’actrice transgenre Anjali Ameer tenait un rôle important dans le bouleversant film tamoul Peranbu, face à la légende Mammootty. On l'a revu récemment dans le génial Ammu, aux côtés d’Aishwarya Lekshmi. Aussi, la défunte Sherin Celin Mathew, décédée en mai 2022, était à l’affiche à titre posthume du métrage engagé Natchathiram Nagargiradhu. Les actrices trans Ivanka Das et Mairembam Ronaldo Singh ont quant à elle tenu des rôles importants dans les séries indiennes Bombay Begums et Paatal Lok respectivement.

D’ailleurs Anjali Ameer elle-même s’est exprimée sur le choix de Sushmita pour incarner Gauri Sawant. Elle affirme, je cite, que “le casting de quelqu’un d’aussi populaire que Sushmita Sen est une bonne chose pour la communauté transgenre. Cela veut dire que nos histoires deviennent accessibles au grand public. Lorsque nos histoires atteindront d’autres foyers et que les gens nous considèreront comme des êtres humains, alors d’autres rôles seront écrits pour nous.

Elodie Hamidovic : Et on espère sincèrement que l’avenir lui donnera raison…

Asmae Benmansour-Ammour : Elodie, qu’est-ce qu’on peut regarder en ce moment ?

Elodie Hamidovic : Au cinéma, après les annulations de dernière minute des sorties de Love Today et Nitham Oru Vaanam, on signale un film inédit à découvrir en salles cette semaine : The Legend of Maula Jatt, métrage épique pakistanais sorti le 9 novembre grâce au distributeur Night ED Films.

Asmae Benmansour-Ammour : En effet, j’en profite donc pour signaler un erratum dans le podcast de la semaine dernière, qui n’est pas tellement de notre fait ni de celui de Friday Entertainment puisque lorsque nous vous annoncions que ces deux films romantiques arriveraient en France, c’était avant que le distributeur indien ne fasse machine arrière, privilégiant la cessation des droits de diffusion à Netflix…

Elodie Hamidovic : En espérant que le catalogue français sera concerné également. Du côté de la SVOD, plusieurs projets très intéressants sont à signaler. Tout d’abord, le nouveau film de Vasan Bala, Monica O My Darling, est disponible depuis le 11 novembre sur Netflix.

Asmae Benmansour-Ammour : Vasan Bala… Pourquoi ce nom me dit quelque chose ?

Elodie Hamidovic : Sûrement parce qu’il a réalisé il y a deux ans le merveilleux Mard Ko Dard Nahi Hota. Et son deuxième métrage est absolument génial ! Notre critique sera très prochainement mise en ligne sur bollyandco.fr

Asmae Benmansour-Ammour : Oui, je l’ai vu et clairement, c’est l’un des meilleurs films indiens de l’année !

Elodie Hamidovic : Sur Prime Video, découvrez la deuxième saison de la série Breathe Into The Shadows, sortie le 9 novembre avec Abhishek Bachchan et Amit Sadh dans les rôles principaux.

Asmae Benmansour-Ammour : Trop hâte de voir cette suite ! Tu te souviens, on s’était éclatées devant la première saison !

Elodie Hamidovic : Absolument ! Enfin, le film Mukhbir est arrivé sur la plateforme ZEE5 le 11 novembre, avec notamment Adil Hussain à son casting.

Asmae Benmansour-Ammour : Pour ce qui concerne les films à venir, y en a-t-il un que l’on doit retenir en particulier ?

Elodie Hamidovic : C’est vrai que beaucoup de films ont été annoncés ces derniers jours, de An Action Hero avec Ayushmann Khurrana à Pathaan avec Shahrukh Khan. Mais celui qui a suscité mon intérêt, c’est >Kuttey

Asmae Benmansour-Ammour : Qui veut dire “chiens” en hindi, c’est ça ?

Elodie Hamidovic : Waouh, ton hindi est décidément impeccable, chère Asmae !

Asmae Benmansour-Ammour : Merci beaucoup, merci…

Elodie Hamidovic : Car effectivement, c’est la signification de ce titre assez étonnant. Et il s’agit de la première réalisation d’Aasmaan Bhardwaj, qui n’est autre que le fils du réalisateur acclamé Vishal Bhardwaj et de la chanteuse tout aussi respectée Rekha Bhardwaj.

Asmae Benmansour-Ammour : Vishal Bhardwaj, le génie auquel on doit Maqbool, Omkara, Haider

Elodie Hamidovic : N’en jetez plus ! Et autant dire que son rejeton ne fait pas les choses à moitié ! Car pour son premier métrage en tant que cinéaste, Aasmaan peut compter sur une distribution de rêve composée d’Arjun Kapoor, de Konkona Sen Sharma, de Naseeruddin Shah, de Shardul Bhardwaj, de Radhika Madan, de Tabu ou encore de Kumud Mishra.

Asmae Benmansour-Ammour : Waouh, c’est la classe !

Elodie Hamidovic : Le film devrait sortir le 13 janvier 2023, et clairement, on a hâte. Pour autant, je vais quand même jouer les rabat-joie avec une interrogation qui me titille.

Asmae Benmansour-Ammour : Vas-y Elodie, exprime-toi !

Elodie Hamidovic : Merci ! Aasmaan, qui n’a réalisé aucun long-métrage avant celui-là, bénéficie d’une véritable locomotive avec ce premier projet, que ses deux parents produiront. Aussi, au sein du casting, plusieurs acteurs ont déjà travaillé avec son père comme Tabu, Konkona Sen Sharma et Radhika Madan. Si la question du népotisme est récurrente lorsqu’on parle d’acteurs et d’actrices issus de grandes familles du cinéma, force est de constater que le phénomène est tout aussi prégnant dans d’autres branches du septième art. Ainsi, le fils d’un metteur en scène aura davantage de facilités à tenter sa chance dans cette voie grâce aux relations de son paternel.

Asmae Benmansour-Ammour : On a également vu des enfants de compositeurs et de chanteurs suivre la même voie et faire à leur tour une carrière en Inde. Dans le lot, il y a le chanteur Siddharth Mahadevan, fils de Shankar Mahadevan, Aditya Narayan, fils de Udit Narayan, Alyssa Mendonsa, fille de Loy Mendonsa ou encore Khadija Rahman, fille de A.R. Rahman.

Elodie Hamidovic : Pour autant, leur mérite est bien moins remis en cause que celui des stars de cinéma. On entendra bien moins de critiques à l’encontre de Siddharth Mahadevan qu’à l’encontre d’Alia Bhatt ou de Jahnvi Kapoor. Et personnellement, je trouve ça plutôt injuste…

Asmae Benmansour-Ammour : Et moi donc !

Elodie Hamidovic : Et c’est tout pour aujourd’hui, merci de nous avoir écouté.

Asmae Benmansour-Ammour : C’est sur la mélodie de “Jungle Mein Kaand” du film Bhediya que l’on se quitte. L’occasion pour moi de vous rappeler que cette comédie horrifique avec Varun Dhawan et Kriti Sanon devrait sortir en France le 25 novembre prochain, grâce au distributeur Night ED Films.

Elodie Hamidovic : Pour ma part, j’en profite pour vous annoncer que les résultats des Bolly&Co Awards sont disponibles sur notre site.

Asmae Benmansour-Ammour : Et croyez-moi, le palmarès vous réserve bien des surprises…

Elodie Hamidovic : Si vous aimez Namaste, le cinéma, n'hésitez pas à nous soutenir en partageant massivement le podcast autour de vous.

Asmae Benmansour-Ammour : Et si vous avez des suggestions à nous faire ou des messages à nous transmettre, vous pouvez nous contacter par mail ou sur Bollyandco.fr

Elodie Hamidovic : Nous serons ravies de vous lire ! On se retrouve lundi prochain avec plus d’infos, bonne semaine à tous !

Asmae Benmansour-Ammour : Et surtout n’oubliez pas…

Namaste, le cinéma !

Crédits :



Hosts : Elodie Hamidovic & Asmae Benmansour-Ammour
Texte : Elodie Hamidovic & Asmae Benmansour-Ammour
Retranscription : Asmae Benmansour-Ammour
Design : Elodie Hamidovic
Montage et mixage son : Elodie Hamidovic

2010 - 2022 Bolly&Co